Pourquoi je m’engage contre la corruption

 

En tant qu’ouvrier de l’intelligence collective, la corruption constitue pour moi un obstacle à l’implication du plus grand nombre de citoyens dans un projet de coopération pour définir notre avenir.

Tendre vers l’intelligence collective, c’est impliquer toutes les personnes concernées et offrir la possibilité que les idées de tous soient entendues, c’est favoriser la coopération entre les parties prenantes en cultivant transparence, confiance et respect mutuel des acteurs.

La corruption, qui est un abus de pouvoir à des fins privées, est génératrice de coûts financiers pour la collectivité. Quand l’autorité ou le titulaire d’une charge publique utilise ses fonctions à des fins privées, cela se fait au détriment de la collectivité.

En m’engageant contre la corruption j’exprime mon besoin de voir les finances publiques gérées de façon juste et efficace.

Cela n’est pas là ma seule motivation d’engagement contre la corruption.

La corruption est un véritable cancer pour nos démocraties.

La corruption limite la liberté d’expression des citoyens.

La corruption institue une relation de dépendance et de sujétion entre le corrupteur et le corrompu.

La corruption limite l’autonomie des citoyens.

La corruption réduit la transparence et la confiance entre les acteurs.

La corruption est un frein à la pratique de l’intelligence collective.

En m’engageant contre la corruption j’exprime aussi mon besoin de créer et d’entretenir des relations justes, respectueuses, équilibrées, honnêtes et positives entre les acteurs de nos démocraties de Guadeloupe et de Martinique.

Invitation à rejoindre le Comité Vigilance Anti-Corruption

 

Vous êtes très nombreux à vous indigner quotidiennement, dans votre famille, dans votre cercle amical, dans votre milieu professionnel contre la corruption qui gangrène nos pays.

La norme aujourd’hui dans nos pays de Guadeloupe et de Martinique est, pour les citoyens ordinaires, de garder le silence, de ne pas faire de vagues dès lors que notre intérêt personnel immédiat n’est pas directement menacé (indifférence) ou si, a contrario, nous imaginons qu’il l’est (peur et/ou calcul).

Ainsi, mus par l’indifférence, le calcul ou la peur, nous sommes souvent tentés, et moi le premier, d’être aveugles, sourds et muets. Or, comme vous le savez tous, nous sommes tous interdépendants. Nous formons une communauté traversée par des interactions multiples et complexes. A l’image du corps humain, si nous laissons apparaître et prospérer des cellules cancéreuses dans un organe en choisissant le déni, l’indifférence ou l’apathie, c’est tout notre corps et notre vie qui sont en danger.

J’invite donc tous les indignés de Guadeloupe et de Martinique qui ne l’ont pas encore fait, à désobéir à cette norme du silence et à rejoindre le comité « VIGILANCE ANTI-CORRUPTION ».

Le comité « VIGILANCE ANTI-CORRUPTION » a été créé pour lutter contre la corruption dans les territoires de Guadeloupe et de Martinique. Il a pour mission de veiller à ce que les affaires de corruption soient clairement dénoncées et qu’une fois portées en justice, elles soient menées à leur terme dans les meilleurs délais.

L’histoire de la justice dans nos pays nous a montré que trop souvent des affaires graves se retrouvaient classées sans suite (Air Martinique, Crédit Martiniquais, Chlordécone) ou ne faisaient l’objet d’aucun dépôt de plainte (Madivial) et ce, pour des raisons inexpliquées.

Le VAC devra se saisir de toutes ces affaires, en exerçant une vigilance accrue, en alertant nos populations, en veillant à ce que la presse relaie l’information dans sa complexité. Le VAC devra aussi mener des actions citoyennes, toutes les fois qu’il le jugera utile ou opportun.

L’actualité brûlante du dossier CEREGMIA constitue ainsi la première action du VAC.

Sans obédience politique ni religieuse d’aucune sorte, le VAC se veut un comité informel citoyen, laïque, ouvert à tous ceux qui sont épris de justice et d’intégrité.

Pour adhérer, adresser un simple mail avec vos coordonnées complètes à :

vigilance.anticorruption@gmail.com

Ansanm ansanm nou pli fô !

Au-delà de l’indignation et de la lutte contre la corruption

 

L’indignation et la lutte contre la corruption ne sont pour moi que des étapes, des conditions nécessaires mais insuffisantes pour trouver un souffle imaginatif assez puissant pour concevoir une vraie démocratie, c’est-à-dire le gouvernement par, avec, et pour le peuple.

Dénoncer et combattre les comportements les plus cyniques et les plus destructifs est important.

Nous devons aussi nous atteler à identifier dans nos pays de Guadeloupe et de Martinique les forces de vie et d’énergie qui nous ont permis de traverser les siècles et les épreuves pour nous projeter dans le Monde et l’avenir.

Nous ne devons pas perdre de vue le sens de cette lutte contre la corruption qui participe, selon moi, de l’émergence de pays en capacité de

- de définir collectivement leur raison d’être, leur intention, leur contribution à l’humanité,

- de choisir collectivement les valeurs qui leur serviront de boussole dans ce monde VICA (Volatil, Incertain, Complexe et Ambigu) pour accomplir cette raison d’être,

- de déterminer collectivement des principes d’organisation et de prise de décisions (dans les organisations et dans la démocratie) qui reconnaissent la capacité de chacun à apporter sa lumière,

- de concevoir et d’exécuter avec le plus grand nombre des projets et des actions nourris par ces valeurs et ces principes.

Olivier Ernest JEAN-MARIE

Citoyen Martiniquais

Schoelcher, le 15 mars 2018

 

Comments are closed.



Catégories

Mes archives